Les différents types de management

Le management est un processus essentiel pour l’organisation, le fonctionnement et la réussite d’une équipe ou d’une entreprise. Il existe différents types de management, qui ont été étudiés et développés par plusieurs chercheurs et praticiens, dont le psychologue américain Rensis Likert. Peu importe leur domaine d’expertise, les managers doivent identifier et appliquer les différentes approches en fonction des situations qu’ils rencontrent.

Dans cet article, nous vous présenterons les quatre principaux styles de management : directif, persuasif, participatif et délégatif. Nous expliquerons également leurs avantages et leurs limites, ainsi que quelques exemples concrets. En maîtrisant ces compétences clés du management, vous pourrez mieux comprendre et adapter votre propre style de management pour atteindre vos objectifs et motiver votre équipe.

 

  1. Le management directif

Le management directif est une approche classique et autoritaire, où le manager a un contrôle absolu sur son équipe et prend toutes les décisions importantes sans consulter ses subordonnés. Ce type de management se caractérise par :

 

  • Une communication à sens unique, depuis le manager vers les employés ;
  • L’établissement de règles et procédures strictes ;
  • Un suivi fréquent et minutieux des performances et des résultats individuels ;
  • La distribution de récompenses ou de sanctions en fonction de la performance.

 

Les avantages du management directif incluent une coordination efficace et une exécution rapide des tâches, ainsi que la possibilité de maintenir un contrôle total sur les situations critiques ou les employés inexpérimentés.

Cependant, les limites du management directif sont nombreuses : elles peuvent démotiver ou dévaloriser les membres de l’équipe, réduire leur autonomie et leur créativité, et provoquer des conflits ou des problèmes de communication.

 

Mise en situation : utilisation du management directif

Le management directif peut être approprié dans certaines situations d’urgence (crises, retards importants, risques de sécurité…), où il est nécessaire d’agir rapidement et de manière structurée pour protéger le bien-être de l’entreprise et des employés.

 

  1. Le management persuasif

Le management persuasif, également connu sous le nom de management consultatif, est un style de management qui se base sur la persuasion plutôt que sur l’autorité. Le manager cherche à obtenir l’adhésion et la collaboration de son équipe en expliquant les raisons et les bénéfices de ses décisions, et en encourageant les employés à donner leur avis ou à partager leurs préoccupations :

 

  • Une communication bidirectionnelle, avec des feedbacks réguliers
  • Des objectifs clairs et partagés, avec des explications détaillées
  • Un soutien personnalisé et empathique pour chaque membre de l’équipe
  • La valorisation des compétences individuelles et la reconnaissance des efforts.

 

Les avantages du management persuasif sont un meilleur engagement et une motivation accrue des employés, ainsi qu’une plus grande adaptabilité et flexibilité dans les situations changeantes.

Toutefois, les limites du management persuasif peuvent inclure un risque de manipulation ou de surcharge d’information, et des difficultés à maintenir une cohésion d’équipe et une autorité suffisante en cas de désaccords ou de contestations.

 

Mise en situation : utilisation du management persuasif

Le manager persuasif peut être efficace lorsqu’il faut rallier une équipe autour d’un projet complexe et novateur, ou lorsque le consensus et l’apprentissage mutuel sont nécessaires pour résoudre des problèmes interdisciplinaires et favoriser l’innovation.

 

  1. Le management participatif

Le management participatif est un type de management décentralisé et démocratique, où le manager implique ses employés dans la prise de décision et la gestion collective des activités et des ressources. Ce style de management valorise :

 

  • La responsabilisation et l’autonomie des employés ;
  • Le travail de groupe, la coopération et la solidarité ;
  • L’intelligence collective et la créativité ;
  • La formation continue et le développement professionnel.

 

Les avantages du management participatif sont une meilleure satisfaction et fidélisation des salariés, une culture organisationnelle optimiste et apprenante, et une capacité accrue à innover et à s’adapter aux changements rapides.

Néanmoins, les limites du management participatif comprennent des risques de dispersion ou d’inertie décisionnelle, ainsi que de potentiels problèmes d’équité ou de cohésion parmi les employés ayant des opinions ou des intérêts différents.

 

Mise en situation : utilisation du management participatif

Le management participatif peut être approprié dans les entreprises où la coopération et la prise d’initiative sont particulièrement valorisées, comme les start-ups, les coopératives ou les organisations à but non lucratif. Il permet de développer un climat de confiance et de responsabilité partagée, propice au dialogue social et aux partenariats durables.

 

  1. Le management délégatif

Le management délégatif, également appelé management par objectifs ou « laissez-faire », est le type de management qui accorde le plus d’autonomie et de souplesse aux employés, en se basant sur leur compétence professionnelle et leur motivation intrinsèque pour atteindre des résultats attendus. Ce style de management privilégie :

 

  • La définition d’objectifs SMART (spécifiques, mesurables, actionnables, réalistes et temporels) ;
  • La confiance accordée aux employés pour organiser leur travail et résoudre leurs problèmes ;
  • Le suivi a posteriori et l’évaluation des résultats plutôt que le contrôle direct ;
  • L’équilibre entre les exigences professionnelles et la qualité de vie au travail.

 

Les avantages du management délégatif incluent une plus grande motivation et créativité des employés, ainsi qu’un gain de temps et d’énergie pour le manager, qui peut se concentrer sur sa propre expertise et ses projets stratégiques.

Cependant, les limites du management délégatif peuvent être une possible dérive vers l’abandon de responsabilité ou le désengagement du manager, ainsi que des difficultés à transmettre les bonnes pratiques et à maintenir une culture partagée au sein de l’équipe.

 

Mise en situation : utilisation du management délégatif

Le management délégatif est particulièrement adapté aux situations où les professionnels ont un niveau élevé de compétence et d’autonomie, et où leurs décisions sont fondées sur leur expertise technique et leur expérience individuelle. Dans ces cas-là, la liberté accordée par le manager favorise l’innovation et la performance sans imposer de contraintes inutiles.